Le site de la FSU 13

http://fsu13.fr/


Déclaration liminaire de la FSU 13 pour le CDEN du 15 Décembre 2017

 
 

PPP : La FSU13 voudrait commencer ce CDEN en pointant ce qui nous paraît comme une évolution dangereuse pour l’ensemble de la communauté éducative : les partenariats public-privé (PPP). En effet, annoncé par Jean-Claude Gaudin, « le plan Marshall » voté lundi 16 octobre par le conseil municipal n’aura « aucun équivalent dans l’Histoire de Marseille ni dans aucune autre ville d’ailleurs », selon les propos du maire. Ce plan prévoit, en 6 ans, la démolition / reconstruction d’une trentaine d’écoles. Il est évident que ces écoles relèvent de l’urgence absolue. En revanche, il ne semble pas y avoir de plan Marshall pour les 413 autres écoles marseillaises dont chacun appréciera le degré d’urgence dans leur entretien.

 

Mais le scandale n’est même pas là. C’est le mode de financement choisi par la majorité municipale qui pose problème, avec un coût réel exorbitant à long terme et de l’ingérence dans le domaine public. En effet, la mairie prévoit un accord cadre de Partenariats Public-Privé (PPP) à l’instar de la construction du nouveau stade Vélodrome que les Marseillais devront payer encore longtemps. Dans ce mode de financement, la municipalité confiera la totalité du projet à des entreprises privées. La ville versera ensuite des loyers, d’environ 41 millions d’euros par an pendant 25 ans, soit un coût total de 1,04 milliard d’euros. Ces opérations PPP ont fait la preuve du surcoût qu’elles entraînent pour les collectivités et donc pour les contribuables, comme en atteste le rapport N°733 du Sénat . Le surcoût est d’ores et déjà chiffré à plus de 100 millions d’euro, soit plus de 4 millions par an, presqu’autant que le budget dégagé par l’Etat l’an dernier. Sur le plan éthique, c’est d’une véritable privatisation de la gestion du bâti des écoles publiques qu’il s’agit. Après le stade Orange vélodrome, à quand l’école Bouygues élémentaire ?

 

CUI : En outre, la FSU13 aimerait alerter les autorités de l’Etat et des collectivités territoriales sur la question des personnels en CUI et sur la fin du plan Sauvadet. Des milliers de personnels se sont vus dans des conditions inacceptables signifier la fin de leur contrat. Pourtant, leurs missions et leurs présence étaient et sont toujours indispensables pour le bon fonctionnement des écoles et EPLE (pour la sécurité, les cantines, l’entretien des locaux etc…). Nous avons déjà débattu avec les services de la Préfecture à ce sujet. Toutefois, beaucoup de personnels volontaires restent pour l’heure sans solution proposée et certaines missions ont été abandonnées, ce qui créé des difficultés accrues dans certains établissements (fin des « grands frères dans les bus par exemple). La FSU 13 rappelle sa détermination à ce qu’un plan de résorption de la précarité dans la FP soit mis en place et à ce que les missions prises en charge par ces personnels puissent être pérennisées.

Réseaux : Le recteur a décidé de mettre en place des réseaux d'établissements dans le cadre d'une nouvelle organisation des services académiques. La Charte de fonctionnement des réseaux publiée dernièrement détaille les modalités de gouvernance, le rôle et la composition du directoire ou du Conseil Pédagogique. La participation de représentants légitimes des diverses composantes de la communauté éducative, professeurs, élèves, parents, personnels non enseignants, élus représentant les collectivités territoriales, n'est pas prévue. Pour la FSU 13, si les réseaux peuvent être un lieu d'échange entre établissements, avec les services académiques, pour proposer des évolutions de la carte de formation, de la carte des langues, de la carte des options ou de la sectorisation, ils ne sauraient dès lors se voir attribuer des prérogatives qui sont actuellement du ressort du rectorat de la DDSDEN ou de l'EPLE. Ainsi, FSU 13 demande à ce que la conception et la mise en place des réseaux d'établissements se fassent dans le respect des attributions des conseils d’écoles, des conseils d'administration des EPLE et des CT, avec un mode de gouvernance respectueux du dialogue social. Cependant la FSU rappelle son opposition à la mise en place des EPSC, Etablissements Public du Socle Commun. Ce serait en finir avec la structuration de l’école primaire

actuelle pour aller vers une école intégrée au collège comme en Angleterre par exemple.

 

 

Postes concours : Enfin, la FSU13 dénonce la diminution des postes aux concours d’enseignement qui est un mauvais signal porté aux étudiants qui se destinent au métier. Cela vient en contradiction totale avec les statistiques de l’INSEE qui prévoient que notre département comptera des milliers d’élèves sen plus d’ici une dizaine d’années, aussi bien dans le primaire que secondaire. Par exemple, en collège, selon le scénario le plus probable, c’est près de 7 000 collégiens supplémentaires que devrait compter le département d’ici 2025.  

 

 

Premier degré : Concernant le premier degré, la FSU 13 dénonce l’absence de dotation supplémentaire pour financer la mise en place des CP à 12. Cela a imposé l’amputation de la Brigade de remplacement de plus de 100 postes, conduisant, pour la première fois dans notre département, au recrutement de contractuels enseignants du premier degré. Ces derniers ont été recrutés pour un contrat de 3 semaines dans une perspective purement comptable d’économie de paiement des congés de fin d’année alors que la DSDEN 13 annonce devoir encore recourir à ce dispositif dés janvier. Si la DSDEN fait le choix de recruter des personnels précaires pour pallier les manques, au moins pourrait elle le faire en respectant le décret du 29/08/2016 c’est-à-dire en établissant des contrats jusqu’en fin d’année scolaire !

Concernant la rentrée 2018, la FSU 13 exige une dotation permettant de financer les CP à 12 en REP et Education Accompagnée et d’absorber la montée démographique. Elle s’oppose à l’imposition d’une co-intervention systématique pour les CE1 en REP+ à Marseille, faute de locaux.

Il n’est pas acceptable que l’éducation dispensée aux petits marseillais ne réponde pas à la volonté ministérielle par manque d’investissement municipal.

 

Second degré : Dans le second degré, la FSU 13 prend acte de l’annonce du Plan Charlemagne par le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône. Ce plan annonce que tous les collégiens doivent bénéficier d’un établissement neuf ou rénové d’ici 2027. La FSU 13 regrette qu’à aucun moment les organisations représentatives des enseignants n’aient été consultées dans l’élaboration de ce plan. Ce manque de concertation se concrétise à travers le cas  du collège Daumier de Martigues, situé dans une zone en nette hausse démographique et qui nécessite une rénovation urgente, mais qui n’apparait pas dans la programmation du Plan Charlemagne. Cette situation est d’autant plus incompréhensible qu’une réhabilitation était initialement prévue en 2016 pour ce collège qui joue un rôle essentiel dans l’avenir de plus de 500 élèves venus de familles dont les réalités sociales sont hétérogènes. En somme, un collège qui est un véritable atout, parfaitement à l’image de cette mixité républicaine qui conduit à la formation des futur-es citoyen-nes.

 

Installations sportives : Nous regrettons et dénonçons également le désengagement du CD 13 dans la construction d’installations sportives intra-muros pour la pratique de l’éducation physique et sportive dans des conditions optimales.  Le « plan Charlemagne » prévoit seulement une « aide aux communes pour la création et l’entretien d’équipements sportifs ou culturels aux abords des collèges ». C’est un recul en arrière. Cette affirmation confirme le désengagement inacceptable du CD au profit des communes et le manque d’ambition du département pour l’enseignement de l’EPS au sein de ses collèges.

 

AED : Enfin, le recrutement local des AED (par les chefs d’établissement) a abouti à un recrutement de « grands frères ». Mais ce modèle a montré ses limites dans certains établissements et a pu poser parfois des problèmes. C’est pourquoi, la FSU13 revendique un recrutement académique des AED, avec une commission transparente, comme c’était le cas pour les MI-SE. Ceci pourrait être un outil pour résoudre ou éviter des conflits dans certains cas.